Série d’articles sur les papiers japonais à motif

いせ辰の千代紙

Papiers chiyogami de la boutique Isetatsu

Je vais inaugurer une ambitieuse série d’article sur les différents papiers japonais à motif, avec un premier post sur le papier ayant inspiré le nom de ce blog, le chiyogami. J’ai commencé à me documenter plus sérieusement sur ces différents papiers car je voulais un peu sortir de cette confusion entre tous les modes d’impression, dans un joyeux mélange de savoir-faire entre l’industrie textile et papier.

En fait, c’est surtout le côté technique de l’impression au pochoir, en sérigraphie ou gravure sur bois qui m’attire. Ce qui est aussi intéressant de ce point de vue est que l’on peut ainsi voir les intéractions qui ont eu lieu durant des décennies entre le monde occidental et le Japon, mais plus largement l’Asie car la Chine est le berceau du papier que l’on connaît sous l’une des ses formes, le washi.

Dans la série, j’inclurai aussi des articles sur le papier katazome et le papier yuzen dont les formes aussi divers selon les régions du Japon où ils sont confectionnés. Les connaissances que je partagerai dans ces articles sont avant-tout issues d’ouvrages que j’ai lu, mais pour l’essentiel en japonais. Mes réactions quand je déchiffre des textes ou parcours des pages internet vont du « Ah, d’accord! » au « Ah bon? » au « Oh! Mais biensûr! » pour finir par « Eeehhh… » C’est passionnant :D 

Ce travail me fait comprendre à quel point la confection du papier japonais reste opaque, car la communication dans des langues que tout oppose est, malheureusement, un obstacle pour diffuser un savoir dont on est beaucoup à être curieux et admiratif. Allez, on retrousse ses manches, et c’est parti…

La suite, au prochain article: le papier chiyogami :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *